News

Marcella Di Folco

Dans le documentaire Una nobile rivoluzione, Simone Cangelosi fait le portrait de l’activiste et politicienne trans italienne Marcella Di Folco (1943 – 2010). Ce documentaire est accessible online jusqu’au 11 novembre (sous-titré en anglais).

Lien vers le film

Discussion à l’ONU sur l’identité de genre

lgbt-farbstifte-72dpiLa semaine dernière la Global Action for Trans Equality (GATE) et l‘International lesbian, gay, bisexual, trans and intersex association (ILGA) ont présenté un panel au Nations Unies (ONU) sur le sujet de l’identité de genre. Par cela, les GATE et ILGA veulent souligner que l’identité de genre et l’expression de genre doivent être prises en compte dans le discours des droits de l’homme de l‘ONU.

La discussion a été filmée en entier et peut être regardée en anglais sous les links suivants:

1ère partie

2ème partie

Présentation: Zhan Chiam, Directeur du département expression du genre et identité du genre à l‘international lesbian, gay, bisexual, trans and intersex association (ILGA), Genève

Participants:
Mauro Cabral, Co directeur du Global Action for Trans* Equality (GATE)
Eszter Kismodi, Avocate des droits de l’homme internationaux à Genève et directrice du Advocacy, Creating Resources for Empowerment in Action (CREA), Inde
Sheriff Mothopeng, Coordinateur du playdoyer redional de Gender Dynamix, Le Cap, Afrique du Sud
Kseniya Kirichenko, Programme de l’ONU, ILGA, Genève

 

 

Autodétermination!
L’attente a été longue, mais elle a finalement porté ses fruits

La mise en œuvre graphique du slogan de l’année est là. Nous travaillons en ce moment d’arrache-pied au print de T-shirts et de sacs pour que ces articles soient disponibles dès le Prides à Zurich et Fribourg.

Déjà en route sont des autocollants et des parapluies qui ne portent que le logo de TGNS, disponibles dès le Zurich Pride. Les autocollants seront gratuits.

Le slogan 2016 peut être téléchargé en format .jpg avec le lien en dessous.

 Selbstbestimmung!_klein_72dpi

Selbstbestimmung!_hochaufgelöst

Le Réseau LGBTI non partisan fonde l’association « Queer Politics »

LGBT-PolitikerInnen

Le 29.11.2015 à Zurich, des représentants des partis La Gauche, PS, Les Verts, PDC, PEV, pvl, PLR, PBD et UDC ont fondé l’association Queer Politics. Cette association atteste que les questions LGBTI peuvent être abordées de façon apolitique, et non seulement par la Gauche ou la Droite. Elle réunit des politicien·ne·s issu·e·s de tout le spectre politique afin d’offrir le plus grand soutien possible aux thématiques LGBTI.

Concrètement, Queer Politics coordonnera et organisera la communication entre les partis. L’association sert de plate-forme pour l’échange d’opinions. Queer Politics ne représentera pas de propre point de vue, mais publiera des communiqués de presse et des déclarations au nom de ses membres. Elle s’occupera également de l’organisation, la planification et la mise en œuvre d’événements, de rassemblements et de manifestations autour des thématiques LGBTI.
C’est ainsi que Queer Politics pourra servir la cause LGBTI.

Mia Willener (membre du comité de TGNS et responsable du domaine d’action politique) y a été élue en tant que co-présidente. Vous pourrez entendre Mia s’exprimer à ce sujet à 13 décembre 2015, dès 19 heures

(Urs Sager)

 

 

Facebook

Facebook est un excellent moyen pour obtenir rapidement des informations qui abordent les thèmes relatifs au Trans, à la sexualité et à la communauté LGBT (IQ) en Suisse ainsi que dans le monde. L’avantage c’est que toutes nos publications et les commentaires qui les accompagnent sont publiques et également accessibles aux personnes qui ne possèdent pas obligatoirement de compte Facebook.

Par conséquent, nous vous invitons cordialement à suivre, occasionnellement ou fréquemment, les informations que nous publions sur notre page Facebook. Pour cela, il vous suffit tout simplement de vous rendre sur votre navigateur et d’indiquer l’adresse web suivante : Facebook: Transgender Network Switzerland Nous espérons que vous prendrez plaisir à nous lire.

 

 

 

L’office de TGNS est maintenant ouvert!

Royalty-free 3d render office clipart picture of an open office door with an open sign hanging on the window.

Royalty-free 3d render office clipart picture of an open office door with an open sign hanging on the window.

Notre collaboratrice Senata Wagner accepte volontiers des questions qui concernent l’affiliation à TGNS et/ou l’organisation TGNS en général.

office bern

 

Rencontre de février du groupe Romandie

La prochaine rencontre du groupe Romandie se tiendra le mercredi 11 février dès 19h au local de VoGay à Lausanne, Rue des Côtes-de-Montbenon 15.

 

 

Prochaine rencontre du groupe Romandie

La prochaine rencontre du groupe Romandie se tiendra le mercredi 14 janvier dès 19h au local de VoGay à Lausanne, Rue des Côtes-de-Montbenon 15.

 

 

Réunion de décembre du groupe Romandie

Noël approche ! Pour fêter ça, le groupe Romandie de TGNS se réunit une dernière fois en décembre avant d’attaquer l’année 2015. Rendez-vous le mardi 23 décembre à 19h au local de VoGay à Lausanne, Rue des Côtes-de-Montbenon 15.

La première partie de soirée sera consacrée à présenter le bilan de cette première année du groupe et des changements qui se mettront en place dès janvier 2015. Puis le groupe partagera un repas ensemble. Si vous souhaitez venir au souper, merci de vous annoncer à hc.sn1511501732gt@ei1511501732dnamo1511501732r-epu1511501732org1511501732EncodedSuccessfully Encoded. Le repas est gratuit. Nous cherchons quelques volontaires pour nous donner un coup de main pour la préparation du repas. Si vous êtes intéressé-e à participer, merci de le mentionner dans votre message à hc.sn1511501732gt@ei1511501732dnamo1511501732r-epu1511501732org1511501732EncodedSuccessfully Encoded.

Si vous avez une allergie ou une intolérance alimentaire, merci de nous informer pour que nous puissions nous organiser en conséquence. Le repas principal est végétarien et au moins en partie vegan.

Au plaisir de vous voir nombreux-euses le 23 !

Yannick et Niels

 

 

Quels sont vos besoins ?

FragezeichenEn tant que personne trans* vivant en Suisse romande, quels sont vos besoins ? Sont-ils plutôt sociaux, politiques ou les deux ? Pour tenter de répondre à ces quelques questions et dresser un état des lieux des besoins et attentes des personnes trans* romandes, deux membres du groupe Romandie (Link) ont préparé un questionnaire sur ce thème.

Toute personne trans* peut participer, peu importe:

  • Que vous soyez membre de TGNS, d’un groupe trans* ou non
  • Que vous soyez en transition ou pas/plus
  • Que vous soyez « out » ou non

Le questionnaire peut être anonyme, les réponses sont traitées confidentiellement et ne sont pas transmises à des tiers. Nous vous encourageons chaleureusement à participer et à faire entendre votre voix !

Les questionnaires remplis peuvent être retournés jusqu’au 22 octobre 2014. Vous trouvez plus de détails sur le questionnaire et où le retourner dans le pdf:

QuestionnairePDF

Si vous avez des questions ou des remarques, n’hésitez pas à écrire à hc.sn1511501732gt@ei1511501732dnamo1511501732r-epu1511501732org1511501732EncodedSuccessfully Encoded.

 

Prochaine rencontre du groupe Romandie

Comme d’habitude, rendez-vous au local de VoGay (Rue des Côtes-de-Montbenon 15, 1003 Lausanne) le mercredi 24 septembre. Petite nouveauté à l’essai: la rencontre commencera à 19h (au lieu de 19h30) et se terminera autour de 22h.

Contact: hc.sn1511501732gt@ei1511501732dnamo1511501732r-epu1511501732org1511501732EncodedSuccessfully Encoded

 

 

Prochaine rencontre du groupe Romandie

Le groupe Romandie de TGNS reprend ses habitudes après les barbecues de cet été ! La prochaine rencontre a lieu le mercredi 27 août au local de VoGay (Ancien espace Mozaïk, Rue des Côtes-de-Montbenon 15, 1003 Lausanne) dès 19h30.

Au menu : discussions conviviales, échanges, rires, … Par ailleurs, une petite activité (facultative) vous sera proposée en début de séance. Le groupe existe maintenant depuis huit mois et l’idée est d’offrir un moment pour partager vos envies et vos besoins. L’activité est bien sûr facultative et vous aurez la possibilité d’y réfléchir aussi tranquillement chez vous. Une synthèse sera réalisée plus tard, à un moment opportun. Je ne vous en dis pas plus… Le reste est à découvrir le 27 !

A bientôt !
Niels

Contact : hc.sn1511501732gt@ei1511501732dnamo1511501732r-epu1511501732org1511501732

 


Congrès trans* : INSCRIVEZ-VOUS !

Les inscriptions pour le deuxième congrès national trans*  sont lancées ! Le congrès est ouvert aux personnes concernées, mais aussi à leurs proches (parents, enfants, conjoint•e•s) ainsi qu’aux professionnel•le•s intéressé•e•s par cette thématique. Les ateliers en français ont lieu le samedi 6 septembre toute la journée. Au programme : atelier sur les hormones, la voix, la transphobie entre personnes trans* et en soi, et « trans 2.0 »…
Programme

Les inscriptions sont ouvertes depuis quelques jours seulement mais augmentent rapidement.

Si vous voulez être sûr•e de pouvoir participer, inscrivez-vous RAPIDEMENT !

Plus on est de fous (et de folles), plus on rit ! Et plus on peut faire de rencontres, échanger, réfléchir, discuter, se disputer, se réconcilier, parler, écouter, apprendre, trinquer, passer du bon temps… Enfin bref ! Tout plein de choses intéressantes. Alors à vos claviers !

Au plaisir de vous voir nombreux•euses en septembre !
Niels
Co-organisateur du congrès pour la Romandie

 

 

Fête transpédégouine à Genève

Samedi 31 mai, le Bateau accueille une méga fête LGBT (et plus). Dès 18h, entrée à prix libre, et dès 22h à 10.–. Venez nombreux•euses!

quer fish

 

 

 

Bonjour à tou_te_s! 

Au nom de l’équipe d’organisation, je peux vous révéler aujourd’hui ce que nous avons prévu pour la merveilleuse Pride de Zurich !

Züri Pride

 

Le stand TGNS sera occupé le vendredi 13 juin de 17 à 23 heures et le samedi 14 juin de 14 à 23 heures.

Vous pourrez venir y bavarder avec nous dans une atmosphère rustique, entre des balles de paille et des barils de pétrole ! Nous avons prévu d’y installer une « roue de la fortune » portant des termes relatifs à la thématique trans* dans le but d’amorcer les conversations avec le public ; et il y a même des petits lots à gagner ! Et nous allons compléter ces termes avec des photos de notre communauté, puisqu’une paroi réunira nos « selfies » afin d’illustrer la grande diversité des personnes trans* de façon sympa 😉

Nous sommes à la recherche de volontaires pour aider au stand. Voici le lien Doodle, où vous trouverez les tranches horaires pour vous inscrire et participer

Nous cherchons encore aussi des selfies. Envoyez-nous donc votre photo (de la meilleure qualité possible) à : hc.re1511501732ldnih1511501732cs-g@1511501732ofni1511501732EncodedSuccessfully Encoded

La manif intitulée « Maintenant plus que jamais ! » commence le samedi 13 juin à partir de 13 heures sur Helvetiaplatz, à Zurich. Nous avons déjà prévu des ballons d’hélium TGNS et des parasols blancs – qui seront autant utiles en cas de pluie que de soleil !

D’ores et déjà merci pour votre formidable engagement !

« Vielfalt schafft Mehrwert! » (La diversité crée de la valeur ajoutée !)

– En collaboration avec Network, Wybernet, LOS et Pink Cross, TGNS a organisé une conférence (en allemand) ayant pour thème : les personnes LGBT* dans le monde du travail. Tous les détails se trouvent sur : vielfalt-schafft-mehrwert

« Trans-Rechte – jetzt! » (Les droits des trans* – maintenant !)

– Le magazine de la Pride (en allemand) contient l’article de notre conseiller juridique Alecs Recher concernant les droits des personnes trans* en Suisse, illustré avec des exemples de votre quotidien. Le magazine contient en outre un texte (bilingue) impressionnant d’Andréa Dind Dey sur le slogan de la Pride : « Maintenant plus que jamais ! ». Pour accéder aux articles, suivez ce lien : Le magazine de la Pride

Dans la tente « History » de la Pride, vous trouverez un récapitulatif de l’histoire des trans*. TGNS a fourni les informations qui ont servi à l’établir.

Sur le lieu du festival, notre stand TGNS sera entouré par ceux des autres organisations LGBT – sans musique constante et avec de voisins sympas.

Venez donc, participez et amusez-vous !

Saluations cordiales,

Hannes, au nom de l’équipe TGNS de la Pride

 

 

Prochaine rencontre du groupe Romandie

Chères•chers toutes et tous,

Rendez-vous le mercredi 28 mai prochain dès 19h30 pour la rencontre habituelle du groupe Romandie, toujours à la même adresse : local de VoGay (Ancien espace Mozaïk), Rue des Côtes-de-Montbenon 15, 1003 Lausanne.

Au programme de cette rencontre : informations sur divers événements de cette année et brainstorming (facultatif) sur le Transgender Day of Remembrance de novembre 2014.

Au plaisir de vous (re)voir nombreux et nombreuses à cette occasion!

Niels

Contact: hc.sn1511501732gt@ei1511501732dnamo1511501732r-epu1511501732org1511501732EncodedSuccessfully Encoded

 

 

Prochaine rencontre du groupe Romandie

Le groupe Romandie de TGNS se retrouve pour sa prochaine rencontre dans les locaux de VoGay (Rue des Côtes-de-Montbenon 15, 1003 Lausanne) le mercredi 30 avril dès 19h30.

PAVIMPORTANT ! Une activité particulière est prévue, à savoir la visite d’une expo qui se tient dans les locaux de l’association du 29 avril au 2 mai. L’exposition s’intitule « V.I.O.L » et comme son nom l’indique, elle traite de la thématique du viol et des violences sexuelles, également sous l’angle des minorités sexuelles LGBT.

Elle est organisée par le PAV (Pôle Agression et Viol) de VoGay, dont l’un des intervenant•e•s s’est gracieusement proposé pour nous faire la visite ce soir-là. Si le sujet des violences sexuelles est un thème sensible et/ou difficile pour vous, vous n’êtes pas obligé•e de regarder l’exposition, mais sachez que les panneaux informatifs seront dans les locaux !

L’exposition offre une ouverture sur cette thématique encore largement taboue et permet d’initier un débat. La visite débute à 19h45 ; dans la mesure du possible, merci d’être présent•e au plus tard à ce moment-là.

Au plaisir de vous retrouver nombreux•euses ce soir-là !

Niels

Contact: hc.sn1511501732gt@ei1511501732dnamo1511501732r-epu1511501732org1511501732EncodedSuccessfully Encoded

 

 

Groupe romandie

En mars, le groupe Romandie se retrouve à nouveau! Rendez-vous jeudi 27 mars au local de VoGay dès 19h30. Des boissons (prix libre) sont à disposition.

-1

Lieu: local de VoGay (ancien espace Mozaïk), Rue des Côtes-de-Montbenon 15, 1003 Lausanne

Contact: hc.sn1511501732gt@ei1511501732dnamo1511501732r-epu1511501732org1511501732EncodedSuccessfully Encoded

 

Au plaisir de vous voir nombreux•euses!

 

 

Rencontre de février du groupe Romandie

Le groupe Romandie se rencontre à nouveau ce mois-ci ! La date est fixée au mercredi 26 février, toujours dès 19h30. Soyez toutefois attentifs•ives sur l’endroit : l’association VoGay nous accueille dans son nouveau local au Flon.

Adresse :
Local de VoGay (ancien Espace Mozaïk)
Rue des Côtes-de-Montbenon 15
1003 Lausanne (Flon)

Plan d’accès :
Karte local de VoGay, Lausanne

 

 

 

 

 

Pour y accéder, le plus simple est de passer par le Flon. Depuis l’arrêt de métro, prendre la Voie du Chariot sur un bon bout, puis tourner à gauche en arrivant à une barrière jaune pour les voitures. Tout droit… Et on y est ! Le bâtiment est reconnaissable à sa mosaïque sur la façade.

Il y aura des boissons à disposition à prix libre et vous pouvez amener de quoi manger (tables et chaises à profusion).

Contact pour toute question: hc.sn1511501732gt@sl1511501732ein1511501732EncodedSuccessfully Encoded

 

 

Rencontre de janvier

Le groupe Romandie de TGNS organise une nouvelle rencontre en janvier ! Save the date : jeudi 23 janvier, dès 19h30 au bar Le Saxo (Rue de la Grotte 3 à Lausanne, environ 10 minutes à pied depuis la gare). Chacun•e est bienvenu•e au groupe pour discuter, échanger, et plus si affinités. N’hésitez pas à diffuser l’information autour de vous ! Pour toute question ou autre : groupe-romandie@tgns.chEncodedSuccessfully Encoded.

Groupe Romandie

23. Januar, 19:30 – 22:30
Bar Le Saxo
rue de la Grotte 3
1003 Lausanne
www.lesaxo.com

 

Femmes trans et lesbiennes

Les 8 et 9 septembre, à Berne, a eu lieu premier congrès trans suisse. Le succès grandiose, avec plus de 120 participant-e-s, a montré qu’il étai temps.

L’article: Femmes trans et lesbiennes

www.transtagung.ch
www.transgender-network.ch

 

Tomboy (2011)

Le film de Céline Sciamma, raconte l’histoire d’une petite fille de 10 ans qui se fait passer pour un garçon. Et noue des relations ambigues avec une autre fillette.

Depuis septembre 2012, le film est inscrit dans le dispositif « Ecole et cinéma » : soutenu par le ministère de l’éducation nationale, et par le ministère de la culture, celui-ci initie les élèves à la culture cinématographique. Les projections ont lieu au cinéma, pendant le temps scolaire, et les enseignants disposent d’une formation, et d’un livret, pour discuter autour de l’œuvre….

Source : Le Monde


Un club de judo chasse une transsexuelle

18 décembre 2013

L’histoire de Giulia* crée la polémique au Tessin. A cause de son travail, cette transgenre a été expulsée des tatamis de son club de judo. Le président de l’association se défend.

Giulia*, une transsexuelle quadragénaire, est sous le choc. En 2012, cette Suissesse a décidé de se remettre au judo après de nombreuses années. Elle avait déjà pratiqué cet art-martial avant sa transformation sexuelle.

«Au début j’étais acceptée dans le club, ou du moins tolérée», a expliqué la Luganaise à «20 minuti». Mais assez rapidement, le Judo Budo Club, dans lequel elle s’entraîne, lui donne des coups sous la ceinture. «Ils m’ont dit que j’étais considérée comme un homme et donc j’aurais dû utiliser leurs douches». Une situation qui gêne énormément la Tessinoise au vu de ses formes généreuses.

Virée du club
L’expulsion des tatamis est arrivée le 10 décembre dernier. Une missive envoyée par le président du club lui invoquait son éjection. La raison? L’emploi de Giulia*, qui ne correspond pas aux «principes moraux du club», la Luganaise étant une prostituée qui vend ses charmes sur internet. «La découverte de ton site a généré des réactions négatives au sein de notre club», peut-on lire dans la lettre.

L’affaire a suscité l’indignation de l’association Primis, qui vient en aide aux prostituées. «La différence de traitement, qu’elle se rapporte à la transsexualité ou à la profession de travailleuse du sexe, n’est pas acceptable».

Marco Rossi, le président du club inculpé, s’est défendu. «Nous avons accueilli Giulia* les bras ouverts. Mais elle nous a caché l’existence de son site internet, évidemment pornographique. J’ai presque 150 jeunes hommes qui fréquentent le club. Ce sont leurs parents qui se sont aperçus de l’existence de cette page. Quand je suis allé surfer dessus, j’ai eu envie de vomir. J’ai envie de dire à Giulia.* ‘Amis comme avant, mais choisis-toi une autre salle, des clubs de judo il y en a à profusion au Tessin’.»

Source : 20min.ch

 

Japon : un transsexuel né femme
reconnu papa

12 décembre 2013

Pour la première fois au Japon, un homme transsexuel (né femme) a été reconnu par le plus haut tribunal nippon comme le père légal d’un enfant né de sa femme après l’insémination artificielle du sperme d’un tiers.

La Cour suprême a annulé les jugements antérieurs qui avaient rejeté la demande de l’homme d’être inscrit comme l’un des deux parents de l’enfant. Selon la Cour suprême, le fait que le sperme d’un autre homme ait été utilisé dans le processus n’est pas légalement une raison pour empêcher le transsexuel d’être reconnu comme père.

Cette décision ouvre la possibilité pour d’autres transsexuels de se faire reconnaître en tant que pères, en dépit du fait qu’ils n’ont pas eu de rôle biologique dans la conception et la naissance de l’enfant qu’ils élèvent.

Dans leur décision, les juges ont expliqué qu’ils devaient prendre en compte une loi de 2004 qui a permis à ceux qui sont reconnus comme souffrant de trouble d’identité de genre de changer de sexe et d’état civil sous certaines conditions, notamment celle de subir une intervention chirurgicale. En vertu de cette loi, un transsexuel a non seulement le droit de se marier mais aussi d’être reconnu comme père d’un enfant conçu par sa femme pendant leur mariage, ont estimé les juges. Ce jugement signifie que la pratique actuelle des bureaux d’état civil de ne pas reconnaître la paternité d’un mari transsexuel devra être changée.

Source : Le Monde

 

La France se contrefout
du droit des trans

Et tout le monde s’en branle

22.11.2013

Je suis née dans le bon corps et sans doute que vous aussi. Je suis née fille, avec un vagin, des seins qui ont poussé à l’adolescence, une voix aiguë, on m’appelle « Mademoiselle » à la boulangerie et tout ça correspond à ce que je me sens être : une femme. Les choses sont plus compliquées pour les personnes dites « transidentitaires », c’est à dire dont l’identité de genre diffère de leur sexe de naissance. Ces personnes sont transsexuelles, intersexes, transgenres, bigenres,… et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elles en prennent plein la gueule.

Pour vous filer quelques chiffres : trois personnes trans sont assassinées chaque jour dans le monde, généralement dans l’indifférence la plus totale. 78 % des trans rapportent avoir été victimes de harcèlement verbal. 70 % ont déjà pensé au suicide et 30 % passent à l’acte.

Afin d’alerter l’opinion sur sa triste condition, la communauté trans organise tous les 20 novembre depuis 15 ans le T-DoR, « Trans Day of Remembrance ». Cette journée, dédiée à la mémoire de celles et ceux qu’on a tués à cause de leur transidentité, est aussi l’occasion d’alerter sur les problèmes que rencontrent les trans dans leur vie quotidienne. Un rassemblement du T-DoR aura lieu à 17h30 place de la Bastille, histoire de rappeler qu’en 2013, les trans de France subissent toujours des violences et des atteintes à leurs droits fondamentaux. Certes, on aurait pu croire que la patrie des droits de l’homme protégeait les 15 000 trans qui y vivent, mais ce n’est pas vraiment ce que nous ont raconté les manifestants de la marche Existrans, qui a eu lieu il y a un peu moins d’un mois.

Apprenez-en plus sur l’article ici

SNCF: une transexuelle reçoit une amende dans un TGV. L’histoire fait le tour du web

20.11.2013

Par Lauren Provost

TRANSPORT-RAIL-ENQUETE-AGRESSION

«Tu es trans’, tu peux avoir une amende dans le TGV pour cette raison.» C’est avec ces quelques mots publiés sur Twitter qu’une internaute a lancé la polémique.

Ce mercredi 20 novembre, Journée internationale en souvenir des victimes de la transphobie, Marie Furic, la présidente d’AcronymeS, une jeune association de lutte contre les discriminations, a décidé de partager la mésaventure d’une amie trans’ avec le reste du monde.

Le 31 mai 2013, dans un TGV reliant Lyon et Paris, une passagère a dû s’acquitter d’une amende de 227 euros. Le motif: «Sans billet – titre utilisé par un tiers». «Cette personne se présente avec un titre (un billet) et une CNI (carte nationale d’identité) valable mais cette dernière se présente physiquement vêtue en dame. Cette dame s’appelle M. XXX», détaille le contrôleur dans sur le reçu de l’amende. Un reçu que Marie Furic a également partagé sur Twitter.

Incapable de faire le lien entre le patronyme masculin du billet (nominatif), ce même nom sur la carte d’identité de la passagère et son apparence de «dame», le contrôleur a donc décidé de verbaliser la voyageuse.

La passagère a porté réclamation et obtenu le remboursement de son billet trois semaines plus tard, explique Marie Furic contactée par Le HuffPost. «Elle a reçu des excuses verbales et en privé de la part de l’agent qui a réalisé la demande de remboursement», précise la présidente de l’association AcronymeS.

«Elle a été ouvertement humiliée en public dans le TGV mais ne voulant pas faire de vagues elle a payé l’amende sur place», confie-t-elle. Désire-t-elle porter plainte? «Non. Elle désire rester discrète».

Malgré tout le tweet de @FuricMarie a été partagé près de 400 fois moins d’une heure après sa publication et vu par plusieurs milliers d’internautes. Depuis, de nombreux utilisateurs de Twitter ont interpellé la SNCF sur le réseau social, criant à la transphobie et à la discrimination.

Contactée par Le HuffPost, la SNCF confirme être au courant de l’histoire, mais ne souhaite pas pour l’heure répondre à nos questions.

Depuis cet incident, la passagère a obtenu son changement de prénom auprès d’un tribunal de grande instance.

Source: Huffington Post

Un député transgenre en Pologne

18.11. 2013

Tous les Polonais connaissent Anna Grodzka. Cette parlementaire, qui a travaillé pour l’édition et l’industrie cinématographique, milite en faveur des droits des LGBT et elle parle ouvertement de sa transsexualité. Et ce dans un pays qui n’est pas réputé pour être le plus libéral d’Europe.

Yourope s’interroge : comment les transsexuels sont-ils traités en Pologne ?

Vidéo-Link

 

Familles LGBT

18.11. 2013

Plus le rapport de l’opinion publique avec l’homosexualité et la transsexualité est détendu et moins la famille nucléaire (avec le père, la mère et l’enfant) est considérée comme une référence absolue. Qu’en est-il des parents transgenres qui échangent les rôles ? Et comment réagissent les enfants ?

 

Nouveau : Groupe Romandie

Nouveau : le 18 décembre prochain, un groupe de discussion et d’échange ouvert à toute personne intéressée débute à Lausanne. Le groupe se veut un lieu de partage et une occasion de rencontrer de nouvelles personnes, et peut-être d’en retrouver quelques-unes déjà connues !

Rendez-vous dès 19h30 au bar Le Saxo, Rue de la Grotte 3 (env. 5-10 minutes à pied de la gare) pour l’apéro, offert par TGNS pour l’inauguration du groupe.

N’hésitez pas à diffuser l’information et à inviter des personnes que vous connaissez.
Pour toute question, Niels est à disposition : hc.sn1511501732gt@sl1511501732ein1511501732EncodedSuccessfully Encoded

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5 ans de Klamydia’s,
une infection qui dure !

15.10.2013

Les Klamydia’s, association pour la santé sexuelle des femmes qui aiment les femmes, a l’immense plaisir de vous inviter à venir célébrer leurs 5 ans le 16 novembre 2013 à Lausanne.

Entre prévention de la violence et plaisir féminin, le programme de cet anniversaire sera articulé autour de la notion de la réappropriation du corps féminin.

L’après-midi, à 13h30 et à 16h, les Klamydia’s vous invitent, en relation avec la Journée internationale contre les violences faites aux femmes du 25 novembre, à un atelier de deux heures d’initiation à l’auto-défense féministe animé par Isabelle Sentis, militante LGBT formée à la technique Seito Boei. Cette technique d’auto-défense autrichienne est enseignée par l’association belge Garance engagée depuis 13 ans dans la lutte contre les violences basées sur le genre. L’atelier s’adresse à toutes les femmes (auto-détermination).

Nous remercions les participantes de s’inscrire jusqu’au 9 novembre à l’adresse suivante : moc.l1511501732iamg@1511501732saidy1511501732malks1511501732el1511501732EncodedSuccessfully Encoded (le prix est libre pour permettre à chacune de participer)

Infos

Le soir, à 19h30  les Klamydia’s, gracieusement invitées par le cinéma indépendant Oblò qui fête lui-même ses 10 ans, vous proposent une projection vidéo de l’atelier de la militante féministe Annie Sprinkle The Sluts and Goddesses Video Workshop – Or How To Be A Sex Goddess in 101 Easy Steps. Décalé, militant, pédagogique, (safe !) sex and godess est un travail sur le plaisir entre femmes et sur la réappropriation du corps féminin. Petit avertissement : cette vidéo contient des images plus qu’explicites… (prix de la soirée à l’Oblò: 10 CHF)

Plus d’infos

Après la projection, un cocktail surprise vous sera offert à l’Oblò au stand des Klamydia’s et vous pourrez venir, entre autres, caresser la mascotte de l’association symbolisée par la petite peluche verte apparaissant sur le flyer ci-joint et qui représente le microbe géant d’une chlamydia.

Au plaisir de vous voir nombreuses et nombreux !!!!

 

 

 

 

Italie: Un acteur à succès annonce
sa transition MtF

15.10.2013

La jeune étoile du cinéma transalpin connue sous le nom de Giuseppe Schisano, a déclaré publiquement avoir entamé un processus de changement de sexe. Mais elle n’entend pas arrêter sa carrière pour autant.

«Au début je ne l’ai dit à personne. Mais une telle chose, surtout une fois qu’on l’a réalisée, ne peut rester cachée bien longtemps.» C’est ainsi que celui que l’Italie connaissait jusqu’ici comme Giuseppe Schisano, jeune et brillant acteur italien, a décidé de rendre public sa transition MtF (c’est à dire «male to female», d’homme vers femme) il y a quelques jours. «Le problème c’est que je ne me sens pas homme. Mon âme est celle d’une femme. Aujourd’hui je me sens beaucoup plus normal qu’avant», a précisé celle qui souhaite qu’on l’appelle désormais Vittoria, à l’agence de presse ADN Kronos.

Alors qu’elle se prénommait encore Giuseppe Schisano, elle a conquis le cœur des Italiens avec ses yeux bleu azur. D’abord à la télévision, dans Mio figlio (Mon fils), un téléfilm qui avait réuni près de 10 millions de téléspectateurs sur la chaine Rai1 et pour lequel on lui avait décerné le prix du «Meilleur acteur de télévision débutant» en 2009. La suite du téléfilm, Io et mio figlio (Mon fils et moi), lui vaudra ensuite le titre d’«Acteur révélation» lors du célèbre festival de Campidoglio.

Un rôle électrochoc
Plus récemment, dans le film Cane pazzo (Chien fou), Vittoria a interprété un journaliste obsédé par un serial killer. Un rôle qui a fonctionné comme un électrochoc: «C’est un film où mon personnage, ostensiblement hétéro, devait plus que jamais donner l’image d’un homme abimé, éprouvé, et cela m’a mis dans tous mes états», raconte Vittoria. «Je me regardais dans le miroir et je n’arrivais pas à me reconnaître. L’homme que je voyais me plaisait, mais comme l’image de mon fiancé, pas comme l’image de moi-même.»

C’est alors qu’est venu le moment de parler. «Je n’arrivais pas à manger ni à dormir. Petit à petit, j’ai trouvé la force d’avancer à découvert», explique Vittoria. Avancer à découvert, d’abord auprès d’amis, puis de sa grande-sœur Marilu, qui représente «un modèle de femme». Enfin, auprès du reste de sa famille, originaire de la région de Naples, dans le sud de l’Italie: «Cela a été beaucoup plus difficile mais je ne voulais pas qu’ils apprennent ma décision par les journaux. J’ai tenté d’expliquer à ma mère que devenir une femme n’est pas une imperfection, mais qu’au contraire c’est ma perfection à moi», confie-t-elle.

«C’est ma perfection à moi»
A l’avenir, elle espère qu’on lui proposera d’interpréter des rôles féminins. «Le processus de changement de sexe n’en est qu’à son début, mais certaines personnes ne me reconnaissent déjà plus», explique Vittoria, aujourd’hui âgée de 32 ans. «Si j’avais été ingénieur, j’aurais continué à l’être en tant que femme. Donc il en va de même pour le métier d’acteur.»

Les Italiens pourront bientôt voir une dernière fois le nom de Giuseppe Schisano sur l’affiche de Cane pazzo, attendu en salles. Avec un sous-titre qui prend aujourd’hui un autre sens: «Niente è quello che sembra», «Rien n’est ce qu’il semble être».

www.vittoriaschisano.com

Source: atq

 

 

 

Belgique : euthanasié après
un changement de sexe raté

Nathan Verhelst ne supportait plus de ne pas être l’homme qu’il voulait être. Ce Belge de 44 ans a été euthanasié lundi après une opération de changement de sexe qui a échoué. Il est mort dans un hôpital de Bruxelles, entouré de plusieurs amis, à l’issue d’une longue procédure en vue d’obtenir l’accord du monde médical dans un pays où l’euthanasie est légale depuis 2002.

«Il est mort en toute sérénité», a assuré le médecin l’ayant suivi, Wim Distlemans, de l’hôpital universitaire flamand VUB. Toutes les conditions d’une euthanasie étaient réunies car «on pouvait clairement parler dans ce cas de souffrances psychiques insupportables», a-t-il précisé au quotidien «Het Laaste Nieuws».

Nathan avait le sexe féminin à sa naissance, dans une famille qui comptait trois garçons, et portait le prénom de Nancy. Il avait été rejeté par ses parents, qui souhaitaient un nouveau garçon, selon le quotidien qui l’a interrogé la veille de sa mort. Rêvant depuis son adolescence de devenir un homme, il avait successivement subi trois opérations (cure d’hormones, ablation des seins et changement de sexe) entre 2009 et juin 2012, mais sans en être satisfait : sa poitrine restait trop forte et le pénis qu’on lui avait placé était «raté», avait-il expliqué.

«Une aversion pour mon nouveau corps»

«J’avais préparé des dragées pour fêter ma nouvelle naissance, mais la première fois que je me suis vu dans le miroir, j’ai eu une aversion pour mon nouveau corps», avait raconté Nathan. «J’ai eu des moments heureux, mais au final la balance penchait du mauvais côté», avait-il résumé, estimant être «resté 44 ans de trop sur cette terre».

Pour avoir recours à l’euthanasie, «la personne doit présenter une affection grave et incurable qui lui cause des souffrances» pouvant être «d’ordre psychique ou physique», a expliqué Jacqueline Herremans, membre de la Commission nationale sur l’euthanasie.

«Un premier médecin s’est intéressé aux caractères grave et incurable de l’affection (…) Un autre médecin, un psychiatre, spécialiste de la pathologie concernée, a examiné la qualité de la demande pour déterminer s’il ne s’agissait pas, par exemple, d’une dépression passagère», a-t-elle ajouté sur RTL.

Le débat sur l’euthanisie n’est pas clos en Belgique
Une chaîne de télévision flamande, TV Oost, diffusera prochainement un reportage consacré à la vie de Nathan, qu’elle a suivi jusqu’à son dernier jour.

Le débat sur l’euthanasie n’est pas clos puisque le parlement belge doit examiner son extension aux mineurs «capables de discernement» et aux adultes souffrant de démence de type Alzheimer ou vasculaire grave. La grande majorité des Belges approuvent ces évolutions, selon un sondage à paraître mercredi dans «la Libre Belgique» et devant être diffusé le même jour par la RTBF.

Source: Le Parisien

 

 

«Toutes les personnes transidentitaires
n’optent pas pour une chirurgie génitale»

26.9.2013

GENRE • Niels Rebetez réagit à une récente chronique de Guy Poitry.

J’ai lu avec attention l’article de Guy Poitry intitulé «Transsexismes» paru le 21 septembre dernier. La question de fond – à savoir si les transitions de genre représentent une validation du sexisme – est fondamentalement pertinente et sujette à de trop rares débats. Je salue donc l’initiative de l’auteur en ce sens.

Cependant, plusieurs points dans l’article me font dire – mais est-ce une question de longueur imposée? – que la vision donnée sur les personnes concernées est par trop étroite et sommaire. Il faut malheureusement tout d’abord constater que c’est le terme de «transsexualité» qui a été choisi, terme banni par une grande partie des personnes dont il est question, en raison de sa connotation pathologisante (souvenons-nous que le «transsexualisme» est considéré à ce jour comme un trouble mental) et l’amalgame qu’il suggère avec la sexualité et l’orientation sexuelle. Je me demande si l’auteur conçoit cette distinction essentielle, alors que d’autres mots plus appropriés existent, y compris dans l’espace francophone, dont les plus courants sont «transgenrisme» et «transidentité».

D’autre part, lorsque Guy Poitry écrit qu’une transition de genre «est le meilleur moyen pour confirmer l’opposition traditionnelle entre les genres», je crois pour ma part qu’il a raison, mais pas totalement. Car vient après le point qui suscite souvent le plus d’intérêt des personnes nontrans pour les personnes trans: leur génitalité. L’auteur fait reposer sa réflexion sur le témoignage d’une personne ayant fait une transition de genre; qu’on ne se méprenne pas sur la suite de mes propos, le témoignage en question a toute légitimité. J’aimerais toutefois amener deux points qui n’ont pas été traités, ce qui n’était pas possible en ne se basant que sur le parcours d’une seule personne.

Le premier élément est que, contrairement à la croyance générale, toutes les personnes transidentitaires n’optent pas pour une chirurgie génitale. D’après les estimations que j’ai pu constater dans des études et à travers mon expérience professionnelle, la proportion d’opérations génitales doit se situer aux alentours des deux tiers dans les parcours masculin vers féminin, alors qu’il ne dépasse vraisemblablement pas 25% dans le sens inverse. Les raisons à cela sont multiples et individuelles: pas de besoin ressenti à modifier sa génitalité, chirurgie risquée, qualité des opérations insuffisante, etc.

Deuxième remarque, la décision de se faire opérer devrait dans l’idéal reposer uniquement sur une nécessité personnelle; or, de nombreux Etats exigent la stérilisation et/ou la construction d’organes génitaux différents de ceux de naissance pour reconnaître un changement d’état civil («changement de sexe»). C’est encore le cas dans la plupart des cantons suisses à l’heure actuelle, même si certains ont admis des demandes sans ces conditions. Car qui dit apparence physique générale qui contredit les documents d’identité, dit très souvent désinsertion sociale. Pour rester intégré-e, faites-vous opérer! Ajoutons encore qu’il n’y a pas si longtemps encore (quoique cela se trouve toujours), aucun-e médecin n’acceptait la prise en charge d’une personne trans si celle-ci n’envisageait pas d’opération génitale. La conformation aux normes de genre n’est pas l’apanage des personnes trans; c’est souvent tout l’entourage proche et moins proche qui les y pousse.

Quant aux normes de genre, à nouveau je pense qu’il est un peu rapide de conclure avec un seul exemple que toutes les personnes transgenres s’y conforment complètement et volontairement.Certaines y cherchent la reconnaissance de leur nouvelle identité et s’y sentent à l’aise, d’autres jouent avec elle, et d’autres enfin s’y font difficilement, s’interrogent sur leur fondement et leur légitimité. Beaucoup sont conscient-e-s du sexisme alentour et de leur changement de statut

social au moment de la transition. Beaucoup vivent des reproches ou des violences si elles ne s’y plient pas (les folles dont parle Guy Poitry aussi); quoique «le pire» consiste en l’ambiguïté, qu’elle soit voulue ou non.

Niels Rebetez
Consultant pour les personnes trans au Checkpoint Vaud (Profa), membre du comité de Transgender Network Switzerland.

Source: Le courrier

 

 

 

Une candidate trans’ pour la présidentielle de 2018 en Russie (Association des avocat.e.s russes)

25.9.2013

L’avocate et activiste des droits humains Masha Bast compte se présenter à l’élection présidentielle de 2018 en Russie. Âgée de 38 ans, cette trans’ a annoncé sa volonté de mettre sur pied dès maintenant un programme et son équipe de campagne.

Socialisme à l’européenne, remettre l’humain au centre de la société, promouvoir une économie créatrice plutôt que capitaliste, l’égalité des droits complète pour les personnes LGBT, la possibilité de rejeter pour soi toute mention de genre, lutter contre la corruption, fin du service militaire obligatoire, intégrer l’Union européenne, éducation et assurance maladie gratuites, réforme de l’organisation politique et défense de la liberté de la presse: un programme ambitieux indispensable pour sauver la Russie, assure Masha Bast. Selon elle, le pays connaît les mêmes difficultés que la Yougoslavie avant sa partition. La Russie aurait donc à choisir entre des guerres interethniques sanglantes en continuant sur la voie qu’elle emprunte aujourd’hui ou le progrès et la paix. À lire sur le site de l’Association des avocat.e.s russes (en anglais).

Publié par Julien Massillon

Source: yagg.com

 

 

Une lesbienne trans’ prend la tête du comité Idaho International

24.9.2013

Originaire du Venezuela, Tamara Adrian a participé à l’élaboration de plusieurs textes législatifs en faveur des droits des personnes LGBT.

Les responsables du comité Idaho International ont élu il y a quelques jours leur nouvelle présidente: il s’agit de Tamara Adrian, une lesbienne trans’ originaire du Venezuela. Enseignante en droit et chercheuse (elle a étudié à Paris), elle a participé à la rédaction de plusieurs textes législatifs qui doivent être examinés par les législateurs/trices du pays sur l’identité de genre et les partenariats civils. Son élection à la tête du comité Idaho intervient après la démission de Louis-Georges Tin, en mai dernier.

«En tant que citoyenne vénézuélienne, vivant au Venezuela, j’espère que mon élection aura une influence positive sur la propagation de la journée contre l’homophobie et la transphobie dans le sud, particulièrement en Afrique, en Asie, en Amérique latine et j’ai hâte de pouvoir contribuer au développement de cette journée», a-t-elle indiqué dans un communiqué de l’organisation. Ses travaux ont déjà eu des conséquences positives puisque les amendements qu’elle avait prévus pour la Constitution du Venezuela pour y mentionner les droits des personnes LGBTI ont été repris par l’Équateur et la Bolivie. Elle est également à la tête du secrétariat mondial de l’ILGA pour les questions trans’.

Source: yagg.com

 

 

 

Changement d’Etat Civil
des trans en France

Communiqué de presse,
Paris, le 16 septembre 2013,

Changement d’Etat Civil des trans : des amendements déposés au Sénat perfectibles. L’Inter-LGBT réitère les conditions de son soutien

Lors de la première lecture au Sénat de la loi sur l’Egalité Femmes-Hommes ces lundi 16 septembre et mardi 17 septembre, plusieurs sénateurs et sénatrices et groupes sénatoriaux vont défendre des amendements traitant du problème principal de discrimination des personnes transidentitaires en France : celui des conditions de changement de la mention de leur sexe à l’état civil.

L’Inter-LGBT prend acte de ces initiatives de la représentation parlementaire qui ne s’était jamais exprimée de la sorte dans son enceinte depuis la proposition de loi Caillavet de 1982 ! Après 31 ans de silence, notre pays travaille à la lutte contre la perte de dignité et de sécurité que subissent dans leur vie quotidienne les personnes transidentitaires.

Alors que le gouvernement montre un manque manifeste de volonté politique pour faire avancer ce sujet, notre représentation parlementaire agit enfin en témoignant d’une connaissance du sujet qui – bien qu’imparfaite – progresse, et en déposant des amendements dont certains éléments peuvent construire très vite la loi protectrice que nous souhaitons.

Après l’avis de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH) du 27 juin 2013, l’Inter-LGBT soutient toute initiative qui porte au minimum les recommandations de la commission, à savoir :

L’inclusion de l’identité de genre dans notre droit

Un changement d’état civil démédicalisé, c’est à dire accordé sans conditions médicales et sans stérilisation obligatoire, tel que l’ont dit le Haut Commissaire aux Droits de l’Homme européen en 2009, le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe en 2010, et la CNCDH dans son avis récent de juin 2013.

Un changement simple et rapide, respectueux de la personne humaine, donc le plus déjudiciarisée possible, dans l’esprit de la loi argentine de 2012, qui reste la seule loi pouvant protéger pleinement la dignité des personnes.

L’Inter-LGBT sera attentive à la teneur des débats parlementaires sur ces amendements. Elle appelle les sénateurs et sénatrices à les sous-amender dans le sens des recommandations formulées ci-dessus. L’Inter-LGBT sera particulièrement attentive aux réponses qu’apportera le gouvernement lors du dépôt de ces amendements lors du débat qui s’en suivra.

Contact presse: Nicolas Gougain, porte parole de l’Inter-LGBT, 06 77 87 37 00, gro.t1511501732bgl-r1511501732etni@1511501732niagu1511501732og.sa1511501732locin1511501732EncodedSuccessfully Encoded

PDF: Article-transdroit1

http://caphi.over-blog.fr/article-france-une-senatrice-demande-que-la-loi-prononce-sur-le-sexe-des-personnes-transgenres-53852819.html

 

 

Un transsexuel allemand a accouché d’un garçon

transsexuel-allemand-accouche-garcon/story

Modifica

Les commentaires sont fermés.